Un peu d' histoire :

CARTE D'IDENTITE :

 

Date de naissance : environ 400 000 avant J.C (tel que l'on me connait actuellement)

Ancêtres : environ 57 millions d'années

Nom latin :  Oryctolagus cuniculus

Nom courant : Lapin

Lieu de naissance : ANDALOUSIE ( ESPAGNE )

 

Fiche signalétique :

Embranchement :             vertébrés

Classe :                            mammifères

Ordre :                             lagomorphes

Famille :                           léporidés

 

 

Mon Histoire :

 

 

Je vais vous conter l'histoire de mon peuple à travers votre évolution :

C'est il y a environ 400 000 ans avant J.C., alors que l'homme allait passer dans une ère nouvelle (évolution de l'Homo erectus à l'Homo sapiens), que nous sommes apparus tels qu'on nous connaît aujourd'hui, descendant d'une grande et ancienne famille de mammifères ressemblant à de petites souris.

En effet c'est en Espagne et plus particulièrement en Andalousie, qu'ont été retrouvés les plus anciens fossiles de nos ancêtres nommés Oryctolagus cuniculus ( Lapin de Garenne).

Il a pu être prouvé que l'homme préhistorique nous chassait déjà et utilisait nos ossements.

Après notre apparition, notre peuple a entrepris un long et périlleux déplacement, atteignant en près de 300 000 ans le sud de la France (période de l'homme de Neandertal ).

En passant la barrière des Pyrénées, notre population subit sa première évolution et notre code génétique vint à se modifier.

Ce n'est qu'au IX ième siècle que notre grande famille passa la barrière de la Loire pour ensuite pouvoir découvrir l'Europe grâce à l'homme.

Et oui pendant toute notre existence, nous avons vécu en parallèle avec l'être humain.

C'est ainsi que déjà nos ancêtres préhistoriques furent chassés par les votre, les tribus ibères nous élevaient pour récupérer nos laurices (fœtus ) afin de les manger ; cette technique fût ensuite reprise par les romains, puis au Moyen Age par les moines qui contournaient grâce à nous un règlement n'autorisant pas l'absorption de viande pendant les périodes saintes.

Effectivement les moines à cette époque, lors des périodes saintes, se nourrissaient de laurices de lapins simulant ainsi des repas à base de mets marins.

On peut donc constater que depuis 400 000 av. J.C. jusqu'au Moyen Age on ne servait qu'à l'état de lapin sauvage - nourriture, peau, os  (préhistoire).

Ce n'est qu'après l'invention du clapier par les moines que ma famille va prendre un nouvel essor.

Dans toutes les campagnes et chez les châtelains on parle de plus en plus de nouveaux lapins aux couleurs et tailles variables (c'est le début de la célébrité).

L'homme est en train de sélectionner, pour la première fois, la race du lapin sauvage afin de l'améliorer à son avantage - plus de chair (modification de la masse musculaire ), un poil plus coloré, plus noble.

C'est ainsi qu'au XI ième siècle quatre coloris étaient connus dans ma famille :

Le garenne, le noir, le blanc, le pie.

Puis petit à petit l'homme nous a aidé à évoluer, toujours dans un but vestimentaire ou alimentaire.

Cela ne fait qu'environ deux siècles que l'être humain nous accorde une plus grande place dans sa société, nous choyant et nous pomponnant pour nous valoriser tels de véritables top modèles développant pour nous des élevages de races.

Depuis le siècle dernier mes petits cousins et moi entrons dans la cours des grands au point que notre société arrive sur un même plan que nos amis chiens et chats en tant que compagnons de tous les jours. 

Et cet engouement à notre égard ne cesse de s'accroître sous une demande impressionnante   

(Eh oui ! nous on n'aboie pas …).

De nos jours l'homme nous classe en cinq catégories :

     - Lapin de chair (le plus fréquemment des races hybrides issues de races pures telles le Californien ou le Néo-Zélandais )

     - Lapin à fourrure (de moins en moins suscité ) mais toujours présent de nos jours

     - Lapin de race (petits élevages de lapins susceptibles d'effectuer des concours de races, propagande et mise en valeur de ces races fixées).

     - Lapin de compagnie (souvent du lapin nain, très sollicité surtout en ville).

     - Lapin de ferme (le plus connu de tous nos lapins : il est souvent de teinte très proche du lapin de garenne).

 

  

 

Attention nous ne sommes pas des Anges :

Après avoir découvert notre évolution à travers l'histoire, il est intéressant de savoir qu'au cours de notre périple, on n'a pas toujours été apprécié par l'homme et cela depuis fort longtemps à cause de notre prolificité et des dégâts que l'on peut provoquer.

 

C'est ainsi que les Romains à cause de leur leporaria (parcs à gibiers) se sont retrouvés confrontés sous le règne d'Octave (devenu empereur avec le titre d'Auguste en - 23 Avant J.C. ) à une véritable guerre contre nos légions.

A cette époque la situation était catastrophique. Dans les îles Baléares les habitants ont un jour été jusqu'à dépêcher une délégation auprès de l'empereur Auguste, lui demandant de leur trouver une nouvelle patrie car nos troupes détruisaient tout sur leur passage et menaçaient les insulaires de famine.

Pour seule réponse l'empereur Auguste fit envoyer sur l'île des furets (de féroces ennemis) pour permettre aux habitants de se débarrasser de nous.

De plus, les rumeurs ne cessaient de circuler quand à nos populations et l'amiral Pline de la flotte romaine lui-même racontait l'effondrement des remparts de Tarragone à cause de nos trop nombreux terriers qui minaient le sol.

Bien plus tard, en 1859, la plus grande catastrophe écologique jamais arrivée jusqu'alors se produisit à cause de l'homme qui eut la très mauvaise idée de nous importer outre-mer.

En effet les Anglais, sous demande d'un district au sud de l'Australie, introduirent un seul couple de lapins sauvages sur l'île. Trente ans plus tard, vingt millions d'entre nous peuplaient le pays.

Très vite, les Australiens furent dépassés par les événements à tel point qu'ils louèrent les services de chasseurs européens pour enrayer la catastrophe, ce qui n'eût aucun effet.

Alors les insulaires introduisirent directement de France ( pays créateur ) l'ultravirus de la myxomatose qui, comble de malheur pour l'homme, n'aura aucun effet car l'île ne comptait aucun vecteur de transmission capable de propager la maladie.

Du coup, de nos jours, les Australiens n'ont trouvé qu'un seul moyen pour limiter au maximum notre propagation indésirable :

Creuser des tranchées dans lesquelles sont introduits de grands grillages destinés à l'arrêt de l'invasion et créer un super virus nommé VHD.

Il est à noter que ma famille Australienne à elle seule, a détruit plusieurs milliers d'hectares de culture ainsi que plusieurs races de marsupiaux.